2012 : Achat d'un pressoir, installation commerciale

Notre démarche initiale n'avait rien de commercial mais il faut se rendre à l'évidence : de nos jours, distribuer un produit alimentaire même entre amis ou connaissances ne peut se faire sans un cadre strict. De plus des commerçants de Charroux ont été séduits par nos jus ce qui  implique: des étiquettes, la possibilité de facturer, etc.... C'est ainsi que sont nés  "Les Pressoirs du Bourbonnais", une entreprise familiale.

Mais "Les Pressoirs Du Bourbonnais" rassemblent surtout un groupe d'amis qui partage ce moment de convivialité autour du ramassage des pommes et de la fabrication des jus de fruits. Cette convivialité passe aussi par le plaisir de faire revivre un produit ancien et de reproduire les gestes d'autrefois. C'est pourquoi nous nous sommes équipés d'une broyeuse et d'un pressoir, afin de réaliser nous-mêmes le pressage des fruits.



2010-2011: L'idée fait son chemin
 
Ces années ont été exceptionnelles  pour le rendement des fruits. L'idée de voir se perdre tout ça  était d'autant plus pénible  que nous savions à présent quoi en faire. Alors, nous avons demandé autour de nous qui était partant pour des jus de pommes. L'engouement a dépassé nos prévisions. Non seulement nous avons eu une forte demande de jus mais aussi  de multiples propositions pour récolter dans des vergers dont les fruits se perdaient. Cette démarche séduit beaucoup et le produit est savoureux. Parallèlement nous testons des mélanges aux gré des récoltes afin de varier les goûts :
- pomme poire
- pomme raisin
- pomme mûre
- pomme coing



2009 : La première production

Notre aventure a commencé en 2009. Une année comme tant d'autres où des fruits s’abîmaient dans nos vergers.  Nous cherchions une idée pour éviter ce gâchis et nous avons pensé à les transformer en jus de fruit.
Les essais à la centrifugeuse n'ont pas été concluants. Alors, après quelques recherches sur internet, nous avons découvert une entreprise dans le Puy-De-Dôme qui faisait de la prestation aux particuliers. Le principe était d'apporter ses pommes, l'entreprise se chargeant de les presser, pasteuriser et embouteiller. Cette année-là nous avons ainsi  produit  150 litres de jus de pommes, que nous avons savouré (et beaucoup offert), tout fiers d'avoir pu faire quelque chose de nos propres fruits.